Filtre

Butare et Nyanza

06 Juillet 2012

Une visite royale

Butare


Ancienne capitale


Butare était la plus importante ville du Rwanda avant 1965 lorsque Kigali, plus centrale, lui fut préférée comme capitale. Aujourd’hui, plusieurs administrations sont situées à Butare, dont la principale université. Elle est toujours considérée comme le centre culturel et intellectuel du Rwanda. C’est aussi une ville calme et attractive composée d’avenues ombragées autour d’une rue principale bordée de petits hôtels et de terrasses de restaurants. C’est à l’hôtel Ibis que nous avons logé.

Etain


A la sortie de Butare en direction de la forêt de Nyungwe, on peut visiter l'étainerie de Huye (https://www.facebook.com/pages/Etainerie-de-Huye/310142066466) où l’on a découvert de magnifiques objets décoratifs réalisés à la main dans un étain pur à 99%. Une qualité absolument unique !

Musée national


La principale attraction de Butare demeure le Musée national, qui abrite sans doute l’une des plus belles collections ethnologiques d’Afrique de l’Est. De fascinants ornements traditionnels sont illustrées par des photographies du début du siècle. Malheureusement, aucune photo n’est permise dans le musée sans que les conservateurs sur place ne puisse nous en expliquer les raisons.

Nyanza


La maison du roi


Sur la route de retour vers Kigali, on croise la petite ville de Nyanza où l'on peut visiter la maison du roi. Le palais du dernier mwami Mutara III Rudahigwa (1931-1959) a été construit par un architecte belge. La visite est rapide car il y a peu de choses à y voir en dehors de quelques photos d’époque. Par contre, la maison traditionnelle du mwami qui a été reconstituée juste à côté du palais nous a beaucoup appris sur les traditions des villages rwandais. Notre guide, en plus d’être très charmante, était très compétente. Derrière les trois huttes, nous avons pu admirer les vaches royales aux cornes excentriques.

Musée d'Art de Nyanza – Rwesero


Le bâtiment qui abrite le musée devait être le palais du roi Mutara III Rudahigwa, mais, en 59, il mourut avant de l'occuper. Reste à l’étage deux salles de bains que l’on peut visiter. Le musée expose habituellement une collection d’œuvres sur le thème du génocide. Malheureusement, à cause d’une exposition temporaire et peu intéressante d’un artiste hollandais, nous n’avons pu voir qu’une partie de la collection.
Finalement, on rentre à l'hôtel et on se paie un bon juyce frais et glacé et le souper indonésien bien sûr.

Nyungwe

05 Juillet 2012

Le parc national de Nyungwe

Faune et flore remarquables


Etendu sur 1000 km² de majestueuses collines au sud-est du Rwanda, le Parc national de Nyungwe est la plus grande réserve de forêts d’altitude en Afrique de l’Est, et l’une des plus anciennes. Son origine est antérieure à la dernière glaciation. Lieu unique pour la diversité de sa flore, la forêt abrite 200 espèces différentes d’arbres et une myriade de fleurs. La forêt de Nyungwe est réputée pour ses 13 espèces de primates dont le chimpanzé, le colobe d’Angola… ses 300 espèces d’oiseaux dont le touraco bleu…

Randonnée


Un important réseau de pistes pédestres bien entretenues mène, à travers la forêt, à des chutes d’eau et des points de vue panoramiques.
Avant d’entrer dans la forêt, nous avons traversé de magnifiques tapis de plantes de thé s’étirant vers les collines et, au loin, le lac Kivu côté Congo. Lors de notre randonnée, nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion de voir beaucoup d’espèces d’animaux car l’heure était trop avancée et la température trop élevée. Nous avons débusqué quelques papillons remarquables, l’un ou l’autre oiseau, un petit crapaud, et trois espèces de primates dont le singe des montagnes avec sa fameuse barbe blanche.

Tapis de thé


Au retour, nous avons eu l’occasion d’assister au ramassage de la récolte de thé. Le thé est récolté tous les jours. On cueille les plus jeunes pousses. Le travail est uniquement manuel et un cueilleur peut cueillir jusqu’à 9 kilos de thé en une journée pour un salaire malheureusement dérisoire. Chaque sac étant pesé, chacun est payé en fonction du poids récolté.

Chez le grand-papa

04 Juillet 2012

A la rencontre du grand père de nos hôtes

La famille


Nous sommes très heureux d'avoir pu accompagner notre hôte dans la famille de son papa. Son grand-père nous a accueillis dans sa maison où plusieurs de ses fils nous ont rejoints avec femmes et enfants. Le cousin de notre hôte nous a été très utile car les membres de la famille ne parlent que Kinyarwanda. Nous avons ainsi pu avoir une conversation tout en partageant les bières que nous avions apportées. Lorsque toute la famille était présente, l'aïeul, comme le veut la coutume, a improvisé un monologue écouté avec beaucoup d'attention par chacun. Il a ainsi raconté son bonheur de voir la famille de Belgique lui rendre visite. C'était un moment très émouvant.

La maison


La maison est typique d'une habitation rwandaise de campagne. Elle est construite en torchis et recouverte de tuiles en terre cuite. La partie principale comporte la pièce de séjour et deux chambres. A l'extérieur, autour d'une cour, plusieurs petites annexes servent de cuisine, d'étable et de toilette. La maison est construite à flanc de colline, au milieu des champs et accessible via un sentier pentu. Paul possède une vache et quelques cochons. Comme c'était la première fois qu'il voyait son arrière-petite-fille, il lui a offert un coq, un cadeau très important.
L'état rwandais, dans sa volonté de modernisation, souhaite que les maisons soient regroupées et plus accessibles, notamment pour l'installation de l'électricité et de l'eau courante. La maison sera démolie et il devra reconstruire en bord de route.

Les cultures


A 97 ans, le grand-père est encore très solide et souple. Il a l'œil vif et toute sa tête. Autour de sa maison poussent ses quelques cultures composées de maïs, de sorgho (utilisé pour faire la bière), de patates douces, de manioc, de soja, de café... Les flancs de la colline ont été taillés en terrasses afin d'éviter l'érosion des terres arables. Tout le travail des champs se fait à la force du poignet, aucune machine n'est utilisée car ne convenant pas et de toutes façons hors de prix pour les paysans locaux. Ceci explique sans doute pourquoi le paysage à cet endroit a été préservé et est exceptionnel.

Rusumo

01 Juillet 2012

Rusumo Falls, chute d'eau à la frontière de la Tanzanie

Les chutes


Rusumo Falls sont des chutes d'eau situées sur la rivière Kagera à la frontière entre le Rwanda et la Tanzanie, partie du cours supérieur le plus éloigné de la rivière du Nil. Bien que les chutes elles-mêmes ne soient pas d'une hauteur importante par rapport aux autres cascades, elles ont joué un rôle important dans l'histoire du Rwanda: parce qu'elles sont enjambées par le seul pont sur le fleuve, elles ont été le théâtre de la première arrivée des Européens en 1894.
Nous y sommes arrivés après avoir traversé des petits villages aux maisons colorées et de nombreuses rizières. A chaque arrêt, de nombreux locaux nous entouraient aussi curieux de nous découvrir que nous de découvrir leur pays. C’est une constante au Rwanda, où que l’on soit, même si on ne voit personne à l’horizon, si on s’arrête, inévitablement quelqu’un apparaît à côté de nous.
Les maisons construites initialement en torchis sont peu à peu remplacées par des maisons en briques ou en bloc de terre. Les blocs de terre sont fabriqués sur place et une journée de séchage au soleil suffit.

Le Kibungo


Sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés près de Kirehe à la coopérative des femmes qui fabriquent les tableaux Imigongo. C’est une forme d'art populaire au Rwanda qui est apparu à la fin du 18e siècle dans la province de Kibungo et qui se fait traditionnellement par les femmes. A l'origine, l’Imigongo servait de décoration d'intérieur des murs de cases. Les peintures Imigongo sont créées à partir de bouse de veau appliquée sur des plaques en bois. Les spirales et autres motifs géométriques sont recouverts de différentes couleurs naturelles, telles que les noir, blanc et rouge.

Nous avons découvert la joie de manger dans un restaurant très local. Les brochettes de chèvres, les bananes grillées et les bières ne nous ont pas rendus malades à la grande surprise de notre hôte.

Akagera

30 Juin 2012

Le parc animalier de l'Akagera

Le parc


Situé à une altitude relativement faible sur la frontière avec la Tanzanie, le Parc National de l’Akagera offre un paysage typique de savane africaine assez différent des collines venteuses propres à la majeure partie du Rwanda. Le parc est couvert de prairies envahies par les acacias et entourant lacs et marais qui suivent le cours sinueux de l’Akagera, la plus haute source du Nil.

Les animaux


L’Akagera est avant tout un refuge d’animaux sauvages. Lors de notre première visite, nous avons eu l’occasion d’y croiser un troupeau de buffles paresseux, un groupe de magnifiques zèbres, quelques fières girafes et plusieurs espèces d’antilopes dont le superbe impala et le gauche topi. Nous avons également pu admirer un aigle en plein repas, un marabout, des oiseaux multicolores, entre autres.
Nous y sommes donc retournés. Deux jours et une nuit de camping au milieu des animaux sauvages. Une excellente expérience. Le soir, auprès du feu de bois, les lacs devant et les appels des animaux autour.
Nous avons revu les mêmes animaux et le précieux facochère, l'hippopotame discret, le dangereux varan du Nil, l'élégant aigle d'Afrique, le discret crocodile... Quelques rencontres inattendues comme ce buffle qui traverse le chemin d'un bond devant la voiture, la maison de l'ancien président assassiné envahie du rez au toit par les babouins, le zèbre qui après avoir bu dans le marais joue à faire des clapotis, la femelle crocodile sur son nid protégeant ses oeufs ou encore ce ravissant petit oiseau femelle qui fait son nid dans un excrément... Nous n'avons malheureusement pas vu l'éléphant dont les nombreuses et imposantes déjections prouvent la présence. Il est timide paraît-il et malgré sa masse impressionnante, il n'a pas son pareil pour se dissimuler dans les fourrés.
Cette fois, nous avons découvert tous le parc, du sud au nord. La plaine de savane le long de la rivière Akagéra est riche en troupeaux: des antilopes, des zèbres, des buffles, des girafes...
Journées fatigantes au volant du 4x4 sur les pistes, mais... quelle belle aventure.