Filtre

Monastère d'Osios Loukas

12 Avril 2014

Slogan

Texte

Sur la route de Tolo

08 Avril 2014

Sologan

Texte

Autotour en Grèce

06 Avril 2014

Sur les routes de Grèce

Partis pour un tour très classique de la Grèce antique, en sortant des sentiers battus dès que nous en avions l’occasion, nous avons découvert une autre Grèce, celle des dépaysements, des décors naturels spectaculaires dans la douceur du climat méditerranéen.

Auto tour


Nous avons suivi les routes en formant une boucle avec comme point de départ et d’arrivée Athènes, en passant par plusieurs villes étapes : Tolo, Sparte, Olympie, Delphes, Kalambaka et Chalkis. Ce sont plus de 1300 kilomètres que nous avons parcourus traversant le Péloponnèse, la Grèce occidentale, la Grèce Centrale et la Thessalie.

En route vers Tolo


Après avoir passé deux journées bien remplies de visites à Athènes, nous avons pris livraison de notre voiture de location et la destination de l’impressionnant Canal de Corinthe et à proximité, sa cité antique. Nous sommes descendus vers Tolo en n’oubliant pas de franchir la porte des Lions de Mycènes. Le jour suivant, nous avions toute la journée devant nous pour visiter le site d’Épidaure dans une belle vallée entourée de montagnes et découvrir la vieille ville de Nauplie et son immense forteresse vénitienne de Palamidi.

La spartiate Sparte


Le cinquième jour de notre circuit devait nous conduire à Sparte. Spartiate, l’adjectif lui va bien tant il y a peu de choses à y découvrir en dehors de son très instructif musée de l’huile d’olives. Ce qui n’est pas le cas de l’ancienne et spectaculaire cité byzantine de Mystra où un ciel changeant a mis en valeur églises et citadelles.

La route de Delphes


Le lendemain, après avoir longuement longé la côte du Golfe de Cyparisse, le voyage nous a menés vers la très (trop ?) touristique Olympie dont le musée et le site nous ont finalement déçus et c’est sans regrets que nous avons pris la route vers Delphes. Nous nous sommes arrêtés à Patras, un réel coup de cœur pour cette ville qui offre plusieurs possibilités pour traverser le Golfe du même nom. En empruntant le pont à auban Harilaos Trikoupis, d'une longueur de 2.883m, nous sommes passés du Péloponnèse à la Grèce continentale en surplombant le détroit de Corinthe. C’est après avoir suivi une bien agréable route entre mer et montagne que nous avons rejoint la jolie petite ville de Delphes. Son site historique très romantique et son magnifique musée nous ont beaucoup plus tandis qu’un peu plus loin, nous avons découvert le monastère byzantin Osios Loukas et nous nous sommes perdus dans les ruelles pentues du village traditionnel Arachova réputé pour son artisanat.

Les météores de Kalambaka


C’est déjà le huitième jour et nous entamons le trajet qui s’avèrera le plus spectaculaire nous menant à Kalambaka et ses fameux météores. Quel spectacle que ces monastères bâtis sur des rochers isolés. Tout est réuni : architecture saisissante, paysages époustouflants, perles de l’art byzantin…

Chalkis


Nous arrivons à la fin de notre périple et, avant de rejoindre Athènes, nous faisons une pause dans un bel hôtel en front de mer de la balnéaire Chalkis.

Conduire en Grèce


Que de vestiges grecs, romains, byzantins avons-nous découverts mais aussi de merveilleux paysages entre plaines, montagnes, mer et, printemps oblige, une végétation en fleurs. Nous avons également goûté à la cuisine grecque, autre chose que les traditionnels plateaux mezze que l’on nous propose trop souvent ici, avec de belles découvertes mais des déceptions aussi. L’occasion aussi de découvrir la conduite en Grèce avec ses particularités : chaotique à Athènes, dépassements par la droite et voitures qui roulent littéralement dans le bas-côté… mais, rien de bien grave comparé à la conduite au Rwanda.
Il nous reste encore bien des régions grecques à visiter : la Macédoine, l’Epire, les fameuses îles… L’objet d’un futur voyage, qui sait ?

Athène

06 Avril 2014

Athène la grouillante

Déambulation à Athène


Arrivé sans encombre à l’aéroport Eleftherios Venizelos à Spata, je trouve aisément l’entrée de l’Attiki Odos, le métro qui me mène assez rapidement au centre d’Athène où je découvre l’hôtel Jason Inn très bien situé. Il se trouve à moins de 400 mètres du site archéologique de Kerameikos et à seulement 1 km de la place Syntagma et de l'Acropole.

Animation


Sans tarder, je pars à la découverte de la ville. C’est dimanche, la ville est très animée. D’autant plus qu’un marché aux puces encombre les trottoirs. Il y a un monde fou. C’est vrai que 5 millions de grecs y vivent et que la ville attire un nombre considérable de touristes. On m’aborde et me propose de déjeuner dans un restaurant ouvert sur le trottoir. Je me laisse tenter et découvre ainsi la vraie cuisine grecque gourmande et savoureuse.

La colline Lycabette


Je me rends très vite compte qu’il y a beaucoup beaucoup à faire dans cet endroit assez fascinant. Entre les rues commerçantes, les musées, les vestiges archéologiques, l’Acropole qui surplombe la ville… je décide de repousser d’un jour la visite des sites et musées et préfère déambuler dans les rues jusqu’à la colline de Lycabette. Elle serait un rocher abandonné par la déesse Athena lors de son transport du Pentélique à l'Acropole. On y monte facilement à pied par une rampe au milieu des pins, des agaves et des cactus. En haut il y a une église toute blanche, d’Agios Georgios, de type cruciforme tétrastyle avec des éléments byzantins, classicisants et romans. De ses 280 m d’altitude, on peut jouir d’une vue merveilleuse et avoir une idée de l’étendue de la ville. Les quartiers se succèdent jusqu’aux montagnes d’un côté, à la mer de l’autre. L’agglomération fait 30 km du nord sud et 20 km d'est en ouest.

Boutiques de souvenirs et souvenirs d’une autre ère


Au retour, je flâne dans les boutiques entre la place Sindagma et la place Monastioraki. Certains lieux ont tout d’un souk où on trouve de tout, du plus utile au plus fantaisiste. Entre le parlement et mon hôtel situé près du musée des céramiques, je découvre plusieurs très belles églises byzantines et quelques monuments datant d’une autre ère comme la bibliothèque d’Adrien, l’agora romaine, la tour des vents, la lanterne de Dyogène…

Il pleut


C’est finalement une énorme averse surprise qui mettra fin à mes déambulations. En quelques minutes, les rues se sont transformées en torrents. J’en profite pour rejoindre l’hôtel et me préparer à un dîner face à l’Acropole dans le quartier animé de Psiri qui regorge de bars, de cafés et de restaurants.