Filtre

L'Etna

08 Avril 2007

Feu et glace sur le volcan

La Sicile subit les effets du télescopage de trois plaques tectoniques : l’Eurasie, l’Arabie, l’Afrique. Depuis 20 millions d’années, la plaque africaine passe en force sous la plaque de la Calabre. Le magma de l’Etna passe entre ces plaques qui s’écartent. Il y a 700 000 ans, la plaine de Catane était occupée par un golfe, le volcan l’a comblé. Plus de 140 éruptions ont été recensées depuis l’antiquité, les plus importantes ont eu lieu en 1329 et 1381, cette dernière provoqua la disparition de Catane. La plus destructrice a eu lieu en 1669 qui fut précédée de trois jours de tremblements de terre, dura 122 jours, tua 200 000 personnes et aboutit à la formation des monts Rossi. Le XXIe siècle n’est pas en reste puisqu’il y eut d’importantes éruptions en 2001, 2002 et 2004.

Taormina

08 Avril 2007

Bijou sicilien

Destination idéale entre mer et montagne, Taormine est le bijou de la Sicile. Plages ensoleillées de sable fin ou flancs abrupts de l’Etna couverts de lave noire. Petite ville médiévale, entourée de remparts, nichée sur un piton rocheux en bordure de mer. La route en lacets qui monte à la ville est bordée de lilas, de genêts, palmiers et cactus. Le centre ville aux rues fleuries et ombragées couvertes de terrasses de cafés. A quelques mètres du centre se trouve le théâtre antique gréco-romain. Creusé dans la roche, de forme classique, il est comme une gigantesque coquille face à la mer. De là, la vue est imprenable : l’horizon, la mer, le ciel, l’Etna et encore plus loin, les îles grecques de la mer ionienne. Panorama divin à l’image des dieux de la Grèce antique qui avaient fait de la Sicile leur île de prédilection.

Agrigente

07 Avril 2007

La vallée des temples

Fondée en 582 avant Jésus Christ sur la côte méridionale de la Sicile, la ville s’impose très vite comme l’une des colonies les plus brillantes et les plus prospères de l’Occident hellénique. Agrigente possède au milieu du Ve siècle plus de temples qu’il n’y en a sur l’acropole athénienne. Outre les ruines du grand sanctuaire de Zeus, l’un des plus grands de l’antiquité grecque, la Vallée des Temples offre au regard du visiteur les restes grandioses des temples d’Héraclès, de Junon, des Dioscures et de la Concorde.

Sur la colline de Girgenti, l’église Santa Maria est elle-même reconstruite sur les ruines d’un temple d’Athéna et l’église San Biagio sur celles d’un sanctuaire de Déméter. La plus belle des cités mortelles, ainsi la présentait-on dans l’antiquité.

Ragusa Ibla

06 Avril 2007

Au sommet de l'éperon

Ragusa est construite sur un éperon entre deux vallées rocheuses et formée de deux quartiers très différents : Ragusa Nuova, la ville contemporaine et Ragusa Ibla, la ville pittoresque et riche en édifices baroques comme le duomo de San Giorgio.
En 1693, un terrible séisme a secoué la ville et l'a détruite en grande partie. Lrosqu'il a fallu reconstruire, les bourgeois souhaitaient rebâtir ailleurs, tandis que les nobles, eux, préféraient rétablir la cité au même endroit.

La reconstruction d'Ibla se fera sur les restes de la cité médiévale et en gardera tout son attrait avec ses ruelles tortueuses et édifices baroques. Une nouvelle ville verra le jour au-dessus des vieux quartiers: "Ragusa-Nuova" (Raguse la Neuve) qui elle, sera traversée par des rues larges et rectilignes et comportera de majestueux édifices baroques.

Noto

05 Avril 2007

Noto la baroque

Noto détruite par le séisme de 1693 a été entièrement reconstruite dans le style baroque sicilien à 15 km de l’ancienne ville. Son unité architecturale lui vaut d’être sur la liste du patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Les architectes ont choisi un emplacement plus ensoleillé pour la nouvelle ville et ont créé des rues parfaitement parallèles qui divisent Noto en deux parties symétriques, une partie administrative, politique et religieuse et une autre résidentielle. Le tout est centré autour des monuments regroupés sur la via Vittorio Emanuele. L’effet est superbe quand on entre dans Noto. Tous les bâtiments sont construits avec la même pierre calcaire jaune. On accède au centre par un joli jardin et à partir de la Porta Reale, on ne se déplace plus qu’à pied. Directement dans la rue principale, on découvre l’église San Francesco collée à l’ancien couvent. L’énorme et superbe façade éveille la curiosité mais l’intérieur vaut plus que le coup d’œil. En mars 1996, la coupole du dôme de la ville s’est effondré, l’intérieur était une splendeur de baroque rempli de fresques et d’autels en marbre.

Caltagirone

04 Avril 2007

Capitale de la céramique

Caltagirone à 609 mètres d’altitude est réputée pour être la capitale de la céramique sicilienne. C’est une ville agréable aux ruelles tortueuses et aux nombreux escaliers. En 1959, les artisans de la ville ont décoré un majestueux escalier de 142 marches, L'escalier de Santa Maria del Monte du xviie siècle, en carreaux de majoliques pour faire preuve de leur habileté.

Les églises de la ville sont nombreuses et on citera notamment l'église de St Sauveur, l’église des Capucins, l'église de Sainte Marie du Mont...

Quant aux musées, le Musée Régional de la Céramique vaut le détour autant que la Villa Patti qui abrite le Musée des villas historiques et le Musée Civique.

La Villa Casale

04 Avril 2007

Mosaïques et luxe

La villa romaine de Casale a été construite dès le IIIe siècle. Elle compte une trentaine de pièces décorées de 3500 m² de mosaïques. Elle fut occupée jusqu’en 1160 lorsqu’elle fut ravagée par un incendie et disparut sous un éboulement du mont Mangane. Le site fut reconnu en 1812 mais il fallu attendre 1929 pour mettre la première mosaïque à jour.

On y découvre les thermes composés de deux bains chauds, d’un bain à température moyenne, d’un grand frigidarium décoré d’une mosaïque représentant une scène marine, un sauna, une piscine et une salle des onctions le tout chauffé par le système de l’hypocauste et alimenté en eau par un aqueduc. Le péristyle de la villa, élément essentiel de l’architecture romaine, mesure 38 mètres sur 18. Les plus belles mosaïques sont visibles dans l’Ambulacre de la grande Chasse avec 350 m² de surface, le salon du Cirque où elles représentent le circus Maximus de Rome, la salle de la Danse, la salle des Saisons, la Salle des enfants pêcheurs, la chambre des jeunes filles en bikini…

Syracuse

03 Avril 2007

Revoir Syracuse

La ville de Syracuse, bâtie sur un plateau calcaire et escarpé et sur la petite île d’Ortigia séparée de la terre ferme par un étroit canal, Darsena, fut, dans l’antiquité, la ville la plus importante de Sicile. Elle a été fondée en 734 avant Jésus-Christ.

A découvrir, le Duomo di Santa Lucia, cathédrale bâtie sur les fondations d’un temple dorique d’Artemis ou d’Athéna dont elle englobe les 36 colonnes, le théâtre grec, l’amphithéâtre romain, l’Oreille de Denys, la source Aréthuse qui débite 1000 litres d’eau par seconde et devenue saline après un tremblement de terre, le parc archéologique, les catacombes de San Giovanni, le sanctuaire de la Madonnina delle Lacrime…

Et profiter du marché matinal aux multiples produits régionaux, et se perdre dans les ruelles d’Ortigia…

La Sicile

02 Avril 2007

Émotions, histoire, saveurs

« Trinacria » est le nom donné par les grecs à la Sicile, ce qui signifie « l’île aux trois promontoires » et est symboliquement représenté sur le drapeau de la Sicile : trois jambes partant de la tête de Cérès, déesse antique de la fertilité.

La Sicile séparée de l’Italie de seulement trois kilomètres par le détroit de Messina, a une superficie de 25 709 km² et est la plus grande île de la Méditerranée.

N’hésitez pas à l’explorer, entre parcs, réserves et oasis protégés, le vert des vignes, le jaune des blés, on y découvre plein d’autres couleurs et parfums.

Fermes, baux, demeures de campagne résidentielles, villes baroques se dissimulent entre les « barrières » d’antiques oliveraies, « jardins » médi-orientaux d’agrumes, au-dessus des collines vertes de vignes ou rouge de « Sulla » où dominent des paysages à couper le souffle.

La Sicile au relief et au climat variés est composée de mers, montagnes, volcans, plaines... palette de paysages et de végétations... éperons rocheux qui tombent dans la mer, noires étendues de lave, golfes et plages dorées, plateaux calcaires arides et désolés, plaines fertiles d'orangers, de citronniers, d'oliviers, de champs de blé, profondes gorges taillées dans la montagne, forêts, routes égayées par les genêts, les lauriers, les géraniums sauvages, le mimosa, maisons croulant sous les bougainvillées... toutes les couleurs, les senteurs de la terre s'unissent pour magnifier la Sicile.
Archaïque terre de grandes émotions, la Sicile, c’est aussi l’île des temples : Segesta, le plus beau temple d’Italie ; la vallée des temples d’Agrigente qui devient, le soir, une féérie illuminée ; les temples orientaux de Selinunte, la villa romaine de Casale et ses incroyables mosaïques…

C’est aussi le Mont Etna qui, parfois, se met en colère, de multiples collines et puis surtout, la mer aux multiples couleurs.

C’est une cuisine placée sous l’influence des traditions culinaires des peuples qui s’y sont succédés et des vins puissants et savoureux…