Filtre

Les Gorges de Galamus

31 Juillet 2009

De la pierre taillée par l'eau à la roche extraite à la barre à mine

Taillées dans la roche


Les Gorges de Galamus, taillées dans la roche sur des centaines de mètres par l’Agly se situent entre Saint Paul de Fenouillet et Cubière sur Cinobles, dans les Pyrénées Orientales, en plein pays Cathare. Site naturel classé et protégé, il offre de nombreuses surprises et est un incontournable pour les sportifs qui peuvent y pratiquer escalade, spéléologie, canyoning et pour les amoureux de la nature qui y suivront les sentiers balisés. Ce lieu, dont les grottes calcaires ont sans doute été habitées depuis très longtemps par l’homme fut le premier lieu habité par Saint Paul.

Ballade dans les gorges


Nous avons choisi de partir des environs de Saint Paul de Fenouillet, rejoindre l’Ermitage de Saint Antoine et retour en boucle. Partant des coteaux pentus couverts de vignes, nous sommes descendus vers le spectaculaire site des Gorges de Galamus. Passant entre chênes verts, gènevriers, sabines et cyclamens des Baléares, le sentier offre une vue imprenable sur la faille creusée par l’Agly d’environ 500 m de profondeur. L’eau verte et claire coule au fond de l’abîme en torrent et en cascade. Nous avons suivi l’ancien chemin emprunté à l’époque par les habitants et marchands pour rejoindre le marché. Nous sommes remontés sur la route pour suivre, au milieu de nombreux genévriers de Phénicie âgés de plus de cinq cent ans, les escaliers descendant sur la cour intérieure de l’Ermitage. La route est une réelle prouesse humaine. Construite à coup de barres de mine par des hommes suspendus à des cordes, elle serpente dans la roche permettant rarement à deux voitures de se croiser. La suivre en voiture assure déjà le spectacle.

L’Ermitage de Saint Antoine


Cet Ermitage troglodyte qui existe depuis le VIIe siècle était au départ une seule grotte où se trouvent les bassins. Il a été étendu à une grotte chapelle collée à la paroi des gorges construite à la suite du miracle de Suette en 1782 quand de nombreux villageois de Saint-Paul-de-Fenouillet furent sauvés d'une épidémie grâce la protection de Saint-Antoine. Depuis ce jour, au milieu des rochers pousse un platane quasiment sans eau. Il est aujourd'hui immense et propose son ombre paisible aux visiteurs. Les lieux ont été réaménagés au XVe siècle par les franciscains et sont un lieu traditionnel de pèlerinage. Le lieu est en tout cas un témoignage de sacré et de profane. La terrasse offre une magnifique vue sur les Gorges.